Faut-il vraiment un apport et de combien pour acheter une maison ?

Beaucoup de personnes qui aspirent à prendre un crédit immobilier craignent de ne pas avoir gain de cause auprès des banques à cause de l’absence d’un apport personnel. Sauf que dans certains cas, cette contribution financière n’est toujours obligatoire. Explications.

Faut-il vraiment un apport et de combien pour acheter une maison ?

L’apport personnel : kézako ?

Lors de la souscription à un crédit immobilier, un emprunteur doit être en mesure de fournir un apport personnel pour mettre toutes ses chances de son côté et avoir l’accord de la banque dans le déblocage des fonds demandés. Cette contribution financière correspond à une somme d’argent qu’il va injecter dans le prêt. Il faut savoir qu’une banque finance très rarement un emprunt immobilier à hauteur de 100%. Il existe certains frais annexes comme les frais de caution, les frais de dossier ou les frais de notaire qui sont payés par l’emprunteur. L’apport personnel va servir à régler ces dépenses. Ce dernier n’est pas obligatoire stricto sensu. Aucune loi ne l’impose. Cependant, les banques font davantage confiance aux personnes capables de fournir cette participation, car cela prouve leur capacité d’épargne et donc, qu’elles seront sérieuses dans le remboursement de leur emprunt.

Comment calculer l’apport et comment le constituer ?

Concernant le montant minimum de l’apport, il n’y a pas de règle vraiment précise. Théoriquement, il est possible d’apporter entre 0% et 99% du coût total du crédit. Mais en pratique, les établissements bancaires sont plus enclins à accorder le précieux sésame à ceux participent à hauteur de 10% au projet. Les meilleures conditions quant à elles s’acquièrent en présentant un apport de 20 à 30%.

Autre chose : cette contribution financière peut être constituée de différentes manières. Elle peut provenir bien entendu de l’épargne personnelle de l’emprunteur, mais aussi d’un héritage, d’une assurance-vie, d’une donation, de la vente d’un bien immobilier ou encore d’un prêt familial. Les prêts aidés peuvent servir à financer l’apport personnel. C’est le cas des petits prêts (départementaux, fonctionnaires, CAF) ou du prêt à taux zéro.

Emprunter sans apport : est-ce possible ?

Ceux qui n’ont pas la possibilité de présente pasr un apport personnel ne doivent pas baisser les bras, car parfois, la banque accepte de financer le projet, sous réserve de certaines conditions. En généralement, elle se montre plus flexible envers les primo-accédants ou les jeunes actifs. Étant donné qu’ils viennent de fraîchement débarquer dans le milieu du travail, elle comprend qu’ils n’ont pas encore pu épargner assez d’argent. À part les jeunes actifs, les investisseurs peuvent également emprunter sans la participation requise. Ils pourront en effet rembourser leurs dettes grâce aux loyers qu’ils perçoivent. Une simulation de crédit sans apport permettra à ces derniers de mettre la main sur des offres compatibles avec leurs besoins.

Attention, qui dit prêt sans apport, dit dossier en béton. L’emprunteur devra soigner son profil en évitant les découverts bancaires et incidents de paiement, en ayant un emploi stable en CDI, en n’accumulant pas abusivement les prêts à la consommation, en ayant un taux d’endettement acceptable et surtout, un reste à vivre suffisant. Ce n’est qu’en remplissant ces conditions qu’il aura l’aubaine de concrétiser son rêve de devenir propriétaire.

Écrit par Clara le dans Côté finance

Soyez sympa, partagez :)

Vous avez bien quelque chose à dire ?

Nom

Adresse de contact

Commentaire

Code de sécurité : st8empkn72